Voici la décision de la CEDEAO sur le Burkina-Faso après le coup d’Etat.

Réunie en sommet extraordinaire ce jeudi 03 février 2022 à Accra pour notamment examiner la situation du pays, après le coup d’Etat du lundi 24 janvier, la CEDEAO a simplement fait une recommandation au patron de la junte militaire Paul Henri Sandaogo Damiba.

La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest n’a pas pris de nouvelles sanctions contre le Burkina-Faso après le coup d’Etat. Cependant, l’organisation sous-régionale recommande toutefois au nouvel homme fort de Ouagadougou de donner un chronogramme assez raisonnable de sortie de crise pour aller aux élections.

La balle est donc renvoyer dans le camp du lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba qui va devoir entamer une course contre la montre pour combler le plus rapidement possible les attentes de la CEDEAO, au risque de voir de lourdes sanctions jaillir comme en a été le cas au Mali. A noter que le Burkina Faso a été suspendu des instances de la CEDEAO.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :